Nous soutenir
Le Ballast
Le blog circulaire qui ne vous fera pas tourner en rond
Le Ballast est le blog de l’Association des Promeneurs de la Petite Ceinture. C’est à la fois un journal de l’actualité de notre association et de celle de la Petite Ceinture, mais aussi un forum où discuter, débattre et échanger autour des grandes problématiques touchant à la Petite Ceinture et par extension, à l’avenir de la ville.

Ouverte à tou.te.s, cette plateforme cherche à publier du contenu original et varié touchant à notre chemin de fer préféré.

Envie d’écrire pour Le Ballast?
Contactez nous: leballast@promeneurs-petiteceinture.paris.
By the silent line
Par Pierre Folk
17 décembre 2020


Étrange réminiscence, partout en Europe gisent des vestiges de la révolution industrielle. Au cours du XVIIIe siècle, alors que la population continuait de croître, de nouvelles techniques furent développées afin de produire davantage, plus rapidement et à moindre coût. Cette vague de changements radicaux culmina avec l’avènement du rail, permettant une puissante impulsion économique.

L'un de ces vestiges gît à Paris. La Petite Ceinture est une voie de chemin de fer en sommeil, entourant la ville de lumière sur un tracé de 32km. Depuis que son accès a été fermé, les rails restent anonymes, appartenant à un passé oublié. Pourtant, la Petite Ceinture a connu une période glorieuse. Au début du XIXe siècle, les différents réseaux ferrés parisiens n’étaient pas connectés. Les transferts étaient ainsi réalisés à la force du cheval, dans une capitale qui n’était pas encore dotée de larges boulevards. Le projet devint une nécessité afin de faciliter la circulation des hommes et des biens. Sa construction, vue comme une invitation au progrès, commença en 1852. La fréquentation de la ligne s’avéra considérable dès les premières années d’exploitation et connu son apogée lors de l’exposition universelle de 1900 présentant la tour Eiffel. Néanmoins, son exploitation ne survécut pas à l’invention de l’automobile et à l’avènement du métropolitain. De fait, le transport de voyageurs s’interrompit en 1934. Si différentes sections furent utilisées pour le fret jusque dans les années 90, sur une partie de son tracé la ligne est depuis devenue silencieuse. Étrangement, celle-ci n’est pas tombée en ruines. Au contraire, son infrastructure a été maintenue en condition. Telle une rivière, ses berges évoluent sans cesse mais elle persiste. Herbes, fleurs et petits arbres émergent de son lit. Le vestige est devenu une frontière, un endroit intime où passé et modernité se rencontrent.

Notre société transforme son propre habitat de bien des façons. En particulier, les actions humaines telles que les changements de paradigmes technologiques, ou encore le découpage fonctionnel du tissu urbain, façonnent notre environnement. En tant que sous-produits de ces transformations, des espaces résiduels apparaissent parfois dans les interstices de notre habitat. Ceux-ci sont généralement qualifiés par la société de friches. En effet, pour un esprit fonctionnel et rationnel, apparaissent comme gâchés, comme des parasites aux espaces utiles et organisés. Il y a pourtant, dans cet état éphémère et dans l'incertitude de son résultat, une poésie très singulière. Pour l'explorer, ce travail photographique s'intéresse à une cicatrice urbaine chargée d'histoire : la Petite Ceinture.

Ce travail, commencé en 2011 et réalisé à la chambre photographique à l'aide de négatifs couleurs grand format, est une manière de maintenir la mémoire d’un symbole et de témoigner de notre capacité - en tant qu’espèce - à questionner, reconsidérer et transformer notre habitat.
Tranchée de la rue Leibniz, 18ème arrondissement, en 2013
Tranchée du parc Montsouris, 14ème arrondissement, en 2011
Le long des boulevards des Maréchaux, 12ème arrondissement, en 2013
Tranchée du boulevard Emile Augier, 16ème arrondissement, en 2014
Sous les entrepôts Ney, 18ème arrondissement, en 2011
Pont de la rue Picpus, 12ème arrondissement, en 2013
Pont craqueur du canal de l'Ourcq, 19ème arrondissement, en 2012
Pont de l'avenue de Flandre, 19ème arrondissement, 2013
Gare de Flandre, 19ème arrondissement, 2013
Tranchée du boulevard Emile Augier, 16ème arrondissement, en 2013
Ménilmontant, 20ème arrondissement, en 2012
Tranchée du parc Montsouris, 14ème arrondissement, en 2014
Tunnel de la flêche d'or, 20ème arrondissement, en 2013
Pont de l'avenue de Clichy, 17ème arrondissement, en 2012
Promenade aménagée rue de Vaugirard, 15ème arrondissement, en 2014
Pierre Folk est un photographe d'art français travaillant sur le thème de l'aménagement du territoire et du découpage du tissu urbain. Il travaille exclusivement à l'argentique, à la chambre photographique à l'aide de négatifs couleur grand format. Les tirages de ses photos sont disponibles en le contactant via son site internet ou son compte Instagram.
Tribune libre
Autres articles dans la même catégorie:
Le jardinier et le chemin de fer
Antoine Sander
13 novembre 2020

L’Association des Promeneurs de la Petite Ceinture de Paris est une association loi 1901.  
Contact : contact@promeneurs-petiteceinture.paris. 

Tous les textes, photos, vidéos et graphiques contenus sur ce site, sauf indication contraire, sont sujets aux lois de protection intellectuelle et sont la propriété de © Association des Promeneurs de la Petite Ceinture de Paris (A.P.P.C.). Aucun contenu ne peut être reproduit, stocké, dérivé ou utilisé en partie ou en intégralité sans permission écrite du propriétaire. Tous droits réservés.
© Association des Promeneurs de la Petite Ceinture de Paris I Mentions légales