Nous soutenir
Le Ballast
Le blog circulaire qui ne vous fera pas tourner en rond
Le Ballast est le blog de l’Association des Promeneurs de la Petite Ceinture. C’est à la fois un journal de l’actualité de notre association et de celle de la Petite Ceinture, mais aussi un forum où discuter, débattre et échanger autour des grandes problématiques touchant à la Petite Ceinture et par extension, à l’avenir de la ville.

Ouverte à tou.te.s, cette plateforme cherche à publier du contenu original et varié touchant à notre chemin de fer préféré.

Envie d’écrire pour Le Ballast?
Contactez nous: leballast@promeneurs-petiteceinture.paris.
L'architecture éphémère comme outil de revitalisation : Le cas de la Petite Ceinture
Anouck Badina
27 décembre 2020



Cet article présente un condensé d’un projet de fin d’études, réalisé dans le cadre du master d’Architecture et Design Urbain à Politecnico Milan. Il vise à présenter dans quelle mesure l’architecture temporaire peut être un outil de transformation urbaine, comme alternative rapide pour réactiver les zones délaissées. À titre d’étude de cas, l’ancienne voie ferrée circulaire parisienne a été analysée comme une zone urbaine vacante et négligée, au potentiel non révélé.

Les interventions proposées sont composées d’unités dont la structure est en bois avec des joints en acier. Les unités sont conçues pour être modulables, en effet, elles peuvent être assemblées pour former une structure plus importante.


Afin d’engager la réactivation de la zone, le développement se déroulera en trois phases. Tout d’abord, l’objectif est de rendre la zone accessible. Ensuite, il s’agit de développer des usages et activités, à relativement court terme, dans des zones stratégiques. La dernière phase apparaît sur le long terme, en raison de ce que l’architecture temporaire peut réaliser en matière de réactivation de cet espace. Dans quelques années, les différents impacts sur l’environnement urbain pourront être observés non seulement sur la Petite Ceinture mais aussi à plus grande échelle, avec un impact positif sur ses alentours.

Pour la revitalisation de l’espace, des actions temporaires sont proposées dans trois zones, sélectionnées pour la relation intéressante entre l’ancienne voie ferrée et le tissu urbain. Ces trois zones visent à servir d’incubateurs pour l’ensemble de la Petite Ceinture.

La première zone est située dans le 19e arrondissement, jouxtant le parc des Buttes-Chaumont. Cette zone est en tranchée ouverte, visible depuis la rue et depuis le parc. Cependant, il n’y a absolument aucun accès vers la zone. Les installations ont pour but de créer un flux naturel entre la rue, le parc et la Petite Ceinture. De plus, leur emplacement permet de promouvoir une agora moderne, avec la mise en place de gradins, mobilier urbain et la possibilité d’activités.

La deuxième zone est située dans le 20e arrondissement au niveau de la gare de Charonne. Le but ici est de sensibiliser à l’existence de la petite ceinture, en mettant en place des unités visibles depuis l’espace public. Des installations sont également proposées le long de la section afin d’apporter de l’attractivité au lieu. De plus, afin de fournir un accès, les escaliers de la rue Vitruve pourraient être réhabilités.

La troisième zone présente des qualités très intéressantes de par sa connexion avec l’établissement Poinçon (ancienne gare de Montrouge) et avec les jardins partagés de la rue de Coulmiers. Des installations sont proposées situées dans le tunnel, assurant l’éclairage et permettant ainsi de relier les espaces. De plus, une installation connectant les jardins partagés à la Petite Ceinture est proposée, contenant du mobilier urbain, une serre, un espace workshop et des informations sur la biodiversité présente ; elle s’inscrit dans le cadre d’une volonté de préservation de cet espace si particulier.

Ces actions ont pour volonté une augmentation de l’implication des citoyens, conduisant au développement social et culturel du lieu. De plus, ces installations éphémères ont été conçues pour s’adapter et évoluer avec le temps, afin d’évoluer en fonction des besoins. L’objectif ultime étant de revitaliser l’ensemble de la zone à long terme en profitant de ces utilisations temporaires. En effet, même si l’architecture est temporaire, les idées deviennent permanentes et le lieu est à jamais changé.



Anouck Badina est une architecte française ayant travaillé sur la réhabilitation de la Petite Ceinture dans le cadre de son projet de fin d’études. Prise de passion pour ce lieu atypique et ses enjeux, elle a rejoint l’Association des Promeneurs de la Petite Ceinture afin de contribuer à sa renaissance.

Pour plus d’information:
Instagram: @anouck.badina
ou présentation résumant la recherche.
Tribune libre
Autres articles dans la même catégorie:
By the silent line
Pierre Folk
17 décembre 2020

Le jardinier et le chemin de fer
Antoine Sander
13 novembre 2020